728x90 AdSpace

kits discount
  • Dernières nouvelles

    mercredi 15 juillet 2015

    SEPECAT Jaguar GR.3 vu par Italeri : la boîte à plaisir...



    J’ai toujours aimé le Jaguar... c'est un avion qui a du caractère !

    Il y a, comme ça, des avions qui attirent l’œil par ses formes, son aérodynamisme ou encore son histoire. La liste de ces avions est longue mais le Jaguar tient chez moi une place particulière. Tout simplement, peut-être, parce qu’un de mes voisins était un ancien mécano sur ce type et qu’à chaque fois qu’il en parlait, son œil pétillait comme au premier rendez-vous avec sa petite amie…
    Evidemment, étant français, je parle du Jaguar A mais le Jaguar britannique n’est guère différent : la base est la même ! Il y a bien quelques différences physiques, surtout le nez et son illuminateur laser mais surtout internes avec une avionique bien différente et une motorisation plus musclée côté anglais à partir du GR.3.
    De toute manière, quel que soit le côté de la Manche, le Jaguar restera un des jets que je préfère, tout de suite après le Mirage mais cela est une autre histoire.
    Volant pour la première fois en 1969, l’avion de Breguet Aviation et de BAC équipera la RAF, l’Armée de l’Air française, l’Inde, l’Equateur, Oman et le Nigéria dans des rôles d’entrainement, d’appui rapproché, voire de vecteur nucléaire pour la France. En ce qui concerne les GR.3 britanniques, ils furent retirés du service actif en 2007.

    La maquette

    La maquette d’Italeri est bien faite. Je me suis contenté du strict minimum quant aux modifications et améliorations personnelles. En effet, j’avais l’excellent cockpit de chez Pavla (PAVC72019) qui remplace bien avantageusement celui du kit, des roues Aires (7300) ainsi que la perche anémométrique du nez et une sonde en métal de chez Master (MR72037). L’unique décoration de la boîte est « tigrée », c’est le moins que l’on puisse dire. Personnellement, je n’apprécie pas trop ces peintures trop clinquantes. Heureusement, j’ai également pu avoir recours à une planche Xtradecals (72138) où l’avion arbore, certes, une décoration spéciale mais beaucoup plus discrète…
    Ce sera le Jaguar XZ103 piloté par le Flt/Lt.Derek Singlton de la RAF sur la base de Coltishall en 2005 pour des présentations en vol.


    Approche spéciale.

    Etant plus habitué aux avions de la Seconde Guerre Mondiale, j’ai progressé à l’aide de la documentation et des nombreux photoscopes de l’avion existant sur le web. Par conséquent, j’ai dégrappé au fur et à mesure les pièces et les ai améliorées à l’envie…
    Les parties transparentes telles que les feux de navigation, l’illuminateur laser et phares d’atterrissage sont remplacés par de la grappe plastique mises en forme par ponçage. La plupart des pièces est affinée à l’image des entrées d’air des réacteurs. J’ai hésité à ouvrir les deux ouïes se trouvant sur le côté de ces dernières. Sur les photos, on peut les voir ouvertes lorsque les réacteurs sont allumés mais j’ai réussi à en trouver une où l’avion est bel et bien parqué, réacteurs éteints. Chouette !! Ces parties sont découpées et remplacées par de la carte plastique.



    Les sorties de réacteurs sont améliorées avec de petits morceaux d’alu adhésif de carrosserie. De même, les renforts sous la queue de l’appareil exposés au flux de la post-combustion sont remplacés par ce matériau.
    Quelques écopes sous le ventre du Jag sont refaites en tube ou simplement percées. L’ensemble des canons Aden est traité de la même manière. Les sorties de refroidissement et les canons sont percés puis remplacés par du coton-tige étiré.
    Sous la dérive de l’avion, juste au-dessus du parachute-frein, l’espace est évidé et agrémenté d’un vide-vite en tube.
    Le dessus des ailes a des lignes de structure inexactes. D’après une superbe photo d’un avion en vol, j’ai pu en reconstituer l’essentiel après avoir effacé les anciennes à l’aide de colle cyanoacrylate. Pour en finir, j’ai souligné quelques panneaux avec une roulette à riveter
    Enfin, le train d’atterrissage reçoit de nombreuses durits qui courent le long des jambes.
    Finalement, assez rapidement, on en arrive à la peinture…


    Peinture propre ou non ?

    Le camouflage de cet avion est assez simple. Le dessus est un gris foncé (BS638) que j’ai trouvé chez Gunze sous la référence H331 RAF Dark Sea Grey. Le dessous est plus clair (BS626) et n’existe pas dans la gamme Gunze. Approchant de ce dernier, j’ai choisi d’utiliser le H75 Dark Sea Grey. C’est bien la même dénomination, preuve que les teintes sont vraiment très proches…
    Comme à mon habitude, les teintes de base sont passées puis éclaircies au centre des différents panneaux. Pour finir, la couleur d’origine est vaporisée, très diluée afin d’atténuer les effets.
    Il s’agit d’un avion de présentation qui est relativement propre. Il y a cependant quelques traînées. Il faut avoir la main légère sur le vieillissement : nous sommes loin des appareils en opérations extérieures !! L’ombrage réalisé au départ suffira amplement et je décide, au final, de ne pas passer de jus dans les lignes de structure, ce qui aurait eu pour effet d’alourdir les formes générales du Jaguar.
    En guise de vernis brillant, je passe du Klir ou du Future de chez Johnson pour poser les décalques qui sont très fins. Une nouvelle couche de Klir et j’achève le montage par un vernis mat acrylique Pébéo, dilué à l’eau.


    Conclusion.

    La maquette Italeri est de très bonne qualité et peut se suffire largement de ce qu’il y a dans la boîte. Elle est néanmoins perfectible soit par l’ajout de résine, soit par des fabrications personnelles.
    De toute manière, elle remplit parfaitement son rôle. On prend plaisir à la monter et c’est bien le principal…

    PB.
    • Commentaires Blogger
    • Commentaires Facebook

    3 commentaires:

    1. Très belle réalisation, avec des couleurs peu courante par chez nous et qui lui vont pourtant très bien.

      RépondreSupprimer
    2. C'est bien cette question des couleurs originales qui m'avaient plu dans cette affaire...

      RépondreSupprimer

    Item Reviewed: SEPECAT Jaguar GR.3 vu par Italeri : la boîte à plaisir... Rating: 5 Reviewed By: Hervé Brun
    Scroll to Top