728x90 AdSpace

kits discount
  • Dernières nouvelles

    mercredi 24 mai 2017

    Comparatif Chance-Vought F4U-1/1D au 1/72 : Le montage des boîtes

    Les 7 Corsair au 1/72 au pas à pas. Complément au magazine COCARDES n°8.

    Par Parc Viotto.

    Posés sur plan

    La référence que j’utilise est le plan dessiné par Srecko Bradic pour Cocardes. 
    Frog Fuselage : Il manque 1mm sur la longueur entre la verrière et la couronne des volets moteur. Le capot moteur est parfaitement dimensionné. Ailes : Corde et envergure sont parfaites ainsi que les dimensions des empennages horizontaux. 
    Jo-Han Fuselage : Si à l’arrière de la verrière les dimensions sont parfaites il manque 3mm entre la verrière et la couronne des volets moteur. Ailes : Il manque un peu moins d’un millimètre de corde à l’emplature. Rien à dire sur les empennages horizontaux. 
    Heller Fuselage : La dérive et le gouvernail manquent légèrement de corde, il manque environ 1mm de longueur devant la verrière et l’aile semble implantée 1mm trop en arrière. Le capot moteur est trop fluet. Ailes : Si la corde de l’aile semble trop petite d’1mm celle des empennages horizontaux est trop grande d’1mm, Bizarre. 
    Hasegawa Fuselage : Quasi parfait. Ailes : Rien à dire, ça colle… 
    Academy En bon clone de la maquette Hasegawa, les qualités du kit japonais sont préservées. 
    Tamiya Fuselage : un peu, à peine, court et manquant de volume… La maquette serait au 1/73 que ça ne m’étonnerait pas. Les proportions sont respectées c’est le principal. Ailes : si l’envergure est bonne il manque 1mm de corde sur toute la longueur. Les saumons ne sont pas assez « carrés ». Revell Fuselage : Trop long de 4mm derrière la verrière hélas, trop volumineux vraiment. C’est un défaut assez gênant pour qui veut quelque chose de précis. On verra ce que ça donne sur les photos à la fin du montage mais c’est très dommage pour une maquette récente d’un avion aussi connu. Ailes : Il manque 1mm de corde à la partie extérieure Les empennages horizontaux sont bons. 
     Les erreurs de formes et de dimensions ne sont pas très importantes (sauf pour les fuselages Revell et Jo-Han). Globalement c’est bon mais Hasegawa et son clone Academy ont mieux réussi leur coup dans ce cas. Allez, c’est parti… Frog, Jo-Han, Heller, Hasegawa, Academy, Tamiya et, malgré tout, Revell passent sur la table de travail. 

     Accéder à la galerie

    Moteur

    Frog nous propose une seule pièce représentant le moteur et le réducteur. Pour l’époque c’était suffisant et bien mieux réalisé que chez Revell ou Airfix (les anciens). Les cylindres seront peints en Gun metal (53 Humbrol), le réducteur en gris clair (64 Humbrol). Cette pièce s’insère à l’intérieur du capot que l’on peindra en zinchromate sauf la partie cylindrique derrière l’hélice couleur de l’intrados (blanc ou sea blue). 
    Trois pièces pour le moteur et le réducteur chez Jo-Han. La couronne frontale est plus détaillée que l’arrière qui reste peu visible. Le réducteur est bien rendu. L’hélice peut être montée plus tard ce qui reste intéressant. A nouveau trois pièces chez heller mais là les tiges de culbuteurs ne sont pas représentées. On les fera à l’aide de plastique étiré. Le montage de l’hélice sera fait à la fin, ce qui aide pour la peinture. Ce montage n’est cependant pas si simple que ça mais ça se fait… 
    Hasegawa propose deux pièces seulement, le réducteur étant accolé à la première rangée de cylindres. Hélas les bossages sur ce dernier manquent de volume et mériteraient d’être refaits. Comme sur les autres kits l’hélice sera montée à la fin. 
    Pour Academy, deux pièces, ça ressemble fortement à du Hasegawa…. Pénible cette sensation de déjà vu… 
    Une cloison pare feu, deux rangées de cylindres, un réducteur très détaillé, c’est ce que nous propose Tamiya. C’est remarquable de finesse, rien à jeter… 
    Revell propose son moteur en trois pièces, c’est classique et bien fait. 

    Intérieurs 

    Comme pour beaucoup de chasseurs de la Seconde Guerre mondiale il n’y avait pas de plancher dans le poste de pilotage. Seuls Tamiya et Revell ont respecté cette caractéristique. 
    Frog propose une seule pièce pour le bureau du pilote. Vu la largeur de l’habitacle et la transparence de la verrière il faudra aménager tout ça : travail sur le bord du siège réalisé en carte plastique, réalisation des consoles latérales, création d’un manche à balai et d’un viseur. On réduira la surface de l’appui tête. Si on a survécu à cette épreuve on peint tout ça en interior green Xtracolor, siège en noir agrémenté de ses harnais beige clair réalisés en fine lamelles de cette feuille qu’on trouve autour des goulots de bouteilles de champagne de qualité… Le manche à balai, réalisé en plastique étiré, sera vert avec sa poignée noire. Le tableau de bord se verra améliorer par une décalcomanie. 
    C’est le vide sidéral chez Jo-Han. Un siège pas ressemblant et c’est tout… Je récupère le siège plastique de la maquette Heller / SMER Hi Tech. Le plancher, la plaque de blindage arrière, les consoles et l’appui tête seront réalisés de toutes pièces. On récupèrera le tableau de bord dans la même boîte. Il sera peint en noir et recevra un dry brush pour faire ressortir les cadrans. On ajoutera un manche à balai et une casquette sous laquelle on positionnera le tableau de bord. 
    La maquette Heller a, dans sa version de base, un intérieur assez complet qui peut se suffire à lui-même si l’on rajoute les harnais et qu’on peint tout ça avec grand soin. La boîte SMER Hi Tech propose, en plus, une jolie planche de métal photodécoupé sur laquelle on trouve un siège et un tableau de bord qui remplaceront avantageusement les pièces d’origine, attention, le tableau de bord en métal est un peu trop grand, il faudra le réduire en largeur. Le montage n’est pas évident. 
    L’aménagement est similaire au Heller chez Hasegawa, 4 pièces. Le viseur est accolé au ½ fuselage droit. Une décalcomanie viendra se poser sur le tableau de bord. 
    Seules différences entre Academy et Hasegawa : le tableau de bord qui est gravé d’où dry brush et l’intérieur des demi fuselages qui sont détaillés. 
    Chez Tamiya c’est Byzance. Six pièces très fines, un plancher qui n’en est pas un, un joli siège, un tableau de bord à tomber… Que du bonheur… On rajoutera les harnais pour compléter tout ça… Seul problème, le montage est assez difficile car les pièces sont très fines et donc fragiles. L’ajustement avec les demi fuselages n’est pas évident. 
    Impressionnant et très fin chez Revell, les maquettes récentes se démarquent vraiment des autres dans ce domaine, 9 pièces pour réaliser un bureau très détaillé. Les pièces sont solides et se montent très facilement. Et hop, des harnais. 

    Les fuselages 

    Petite remarque préliminaire, les capots seront collés provisoirement aux fuselages sans les moteurs pour faciliter la peinture. La dérive fait un angle de deux degrés sur la droite pour compenser l’énorme couple du moteur. Seuls Heller et Jo-han ne respectent pas cette particularité. 
    Deux pièces chez Frog, l’assemblage ne pose aucun problème. On affinera le bord de fuite du gouvernail. La baie de la roulette de queue est bouchée, on pourra l’ouvrir pour la détailler. Le montage du cockpit ne pose aucun problème. On pourra creuser les échappements. 
    Deux pièces aussi chez Jo-han, aucun soucis au montage sauf que l’on doit impérativement réaliser la casquette sous laquelle viendra se positionner le tableau de bord. Les échappements sont absents… 
    Simple et facile chez Heller, le montage demandera un peu de soin à cause du tableau de bord de la version Hi-tech cité plus haut. Le capot moteur, qui manque de volume, est en deux parties mais ce n’est pas gênant si on est soigneux au montage. 
    Pas de problème chez Hasegawa, on remarque que les sorties de pots d’échappement sont représentés avec des pièces à part, ils seront à creuser. 
    Pas de soucis chez Academy, en auriez vous douté ? Les échappements sont représentés sur les demi-fuselages et sont bien étranges. 
    Pour une fois chez Tamiya le nombre important de pièces du cockpit fait que l’assemblage de ce dernier au fuselage n’est pas une partie de plaisir. De plus le fuselage est divisé en de nombreuses pièces dont je ne vois pas forcement l’utilité. J’ai choisi la couronne de volets fermée, cette configuration est normale pour un avion à l’arrêt. 
    Si c’est pour augmenter fortement le nombre de pièces que Revell a compliqué à outrance le montage, c’est gagné. Le positionnement du tableau de bord dans le fuselage est problématique, ne parlons pas de l’ensemble dérive-gouvernail. Les demi-fuselages dans mon kit étant un peu vrillées j’ai eu du mal à tout positionner à l’avant de la verrière. Allez, la patience est l’une des qualités du maquettiste… 

    Les ailes

    Avant d’attaquer le montage des ailes proprement dit on aménagera les baies de trains bien vides des maquettes Frog, Heller et Jo-han. Je travaille avec du plastique étiré uniquement.
    Frog nous propose 4 pièces principales pas très fines mais utilisables. On affinera au moins les bords de fuite et les saumons. Les petits radiateurs à l’emplature de l’aile sont bien réalisés. L’assemblage au fuselage ne pose pas de soucis particulier, juste boucher un joint à l’intrados à l’aide de colle blanche. 
    Pour Jo-han un montage plus classique, 3 pièces principales, des radiateurs avec un joli relief. Lors du montage des ailes sur le fuselage on fera attention à ne pas générer un « escalier » à l’intrados. 
    5 pièces principales pour Heller, on atténuera les lignes de structure. L’idée est intéressante pour proposer un avion aux ailes repliées. Hélas si l’idée est bonne la réalisation sera difficile car il faudra détailler le mécanisme de repliage. Le montage n’est pas très aisé mais avec un peu de soin cela se fait bien. Avantage de la chose la zone de séparation entre la peinture blanche et la grise à l’intrados est très nette. Les radiateurs manquent un peu de relief. L’intrados manque de détails notamment au niveau des guignols des volets. 
    Le montage proposé par Hasegawa, et par Academy, est simple. 3 pièces principales et des radiateurs avec un très joli relief. Attention à l’intrados cependant. 
    Tamiya nous offre un montage simple et efficace, les radiateurs sont des pièces rapportées de très belle facture. L’assemblage avec le fuselage est efficace et ne pose pas de gros problème. On remarque que le volet possédant le marchepied est une pièce à part. Je recherche une photo où cette pièce est seule baissée. 
    Revell, à nouveau, fournit un grand nombre de pièces. Les radiateurs sont des pièces rapportées, aucun souci. Il en est de même pour les saumons. Si pour ces dernières pièces l’idée est de nous proposer à l’avenir une version FAA, bingo… dommage que ce soit Revell qui nous propose cette option. 
     Le marchepied est absent chez Frog, Jo-han et, étonnammant, chez Revell. Heller le représente par une gravure, Hasegawa, Academy et Tamiya par un trou. 

    Peinture

    Deux schémas ont été portés par les F4U-1 Corsair américains : trois tons, blanc gris bleu ou monochrome sea blue. Mes choix de décoration m’imposent le premier schéma. Les peintures que j’ai utilisées, du plus clair au plus foncé, sont : flat white XF-2 Tamiya, intermediate blue 9046 Aeromaster, sea blue 9044 Aeromaster. La finition des teintes aeromaster est splendide, dommage qu’elles ne soient plus produites… 

    Trains d’atterrissage 

    Frog propose six pièces convenables, les triangulaires sont délicates à monter sur le train principal mais c’est faisable. Les roues sont correctes, L’ensemble roulette : crochet est acceptable, les trappes sont bien épaisses et peu détaillées. 
    Même conception chez Jo-han mais là, je n’ai pas pu monter les pièces triangulaires, tant pis. Trappes épaisses et sans détails. 
    Chez Heller c’est la simplicité qui prévaut, les pièces triangulaires ne sont pas là et la roulette caudale n’a pas la forme requise, la section du pneu est circulaire alors qu’elle devrait être rectangulaire. SMER propose des pièces en photodécoupe pour donner à cet ensemble un aspect plus réaliste, réservé aux experts… Les trappes sont fines et détaillées. 
    C’est très simple chez Hasegawa mais plus correct notamment au niveau de la roulette. On constate que les pneus ont leur structure gravée. Trappes fines et détaillées. 
    Academy a amélioré les trains proposés par son modèle en rajoutant des détails, c’est très beau. Les pneus sont lisses. Trappes fines et détaillées. On remplacera, si l’on peut, les trappes de la roulette de queue (j’ai utilisé les pièces en photodécoupe de la boîte SMER), l’originale n’ayant pas la représentation de l’échancrure où vient se positionner la roulette trains fermés. 
    Pour Tamiya, à part l’extrême fragilité des pièces, c’est très bien fait. Le logement de la roulette de queue est ouvert et détaillé. Les roues sont très belles. Trappes fines et détaillées. 
    Les roues Revell ont une conception intéressante notamment pour la peinture, des demi-jantes percées associées aux pneus, des demi-jantes séparées à peindre en noir à l’intérieur. Ici aussi le logement de queue est ouvert et détaillé. Trappes fines et détaillées. Jantes en alu et jambes en blanc. 

    Les verrières

    Frog propose une seule pièce. Le pare brise est trop étroit, l’ajustage peu évident. Ma maquette étant d’origine Novo le plastique est de pauvre qualité et le moule a souffert d’où transparence acceptable mais griffures sur le plastique. 
    Monobloc aussi chez Jo-han, c’est convenable et s’assemble sans trop de difficulté. 
    Deux pièces transparentes chez Heller. J’ai, sur cette maquette en particulier, un souci au niveau de l’ajustage du pare brise. J’ai comblé le ravin entre le pare brise et le fuselage à l’aide de colle blanche. Bizarre mes autres montages de Corsair Heller ne m’ont posé aucun problème… Etrange. 
    Une seule pièce chez Hasegawa, l’assemblage est parfait, je n’ai pas utilisé de colle. 
    Academy propose deux pièces, aucun problème. 
    Parfait chez Tamiya et chez Revell, deux pièces pour chacun des fabricants. 

    On place les antennes et les pitots, les échappements sur les maquettes Hasegawa et Revell. Les avions de la VF-17 n’avaient pas l’antenne sur le capot moteur. Je l’ai montée sur la Frog car il y avait un trou énorme à la place de cette pièce. 

    Décorations

    Tous les avions montés ici ont été peints aux couleurs de la VF-17, principalement avec la planche Sky models Sky 72049.
    La maquette Frog se voit paré du n° 19 piloté par le Lt P.Cordray à Ondonga en novembre 1943. Les cocardes proviennent de la planche Microscale 72-2, aussi une pièce de musée… 
    Pour la maquette Jo-han c’est le 25 du Lt H. March à Bougainville en mai 1944. 
    La Heller porte le n°9 du Lt Davenport à Ondonga en novembre 1943. 
    Pour Hasegawa une décoration connue, le 17 du Lt Cdr Hedrick, as aux 12 victoires, Bougainville mars 1944. Le « parement » blanc (probablement du ruban adhésif destiné à générer une étanchéïté) provient de la planche Heller. Ce dernier a été largement réduit en épaisseur. 
    Pour la maquette Academy j’ai choisi le 1 du Lt Cdr Blackburn (11 victoires), à Ondonga en novembre 1943. Les cocardes proposées par la planche de la boîte sont trop petites pour les ailes. Le motif devant le pare brise provient de la planche Academy. 
    C’est la planche Airfix « aircraft of the aces » que j’ai utilisé pour la maquette Tamiya (ma boîte étant celle du F-4U-1D, la décoration n’était pas dedans. C’est le 29, l’un des plus célèbre avions de l’unité, piloté par le Lt Ira Kepford à Bougainville en mars 1944.
    J’ai utilisé la planche de la boîte pour la « maquette » Revell. C’est le 3 du Lt Streig à Bougainville en mars 1944. Cet appareil porte les cocardes à liseré rouge alors que ces dernières n’étaient plus en vigueur. 

    La planche Sky models, imprimée par Cartograf, gage de qualité, permet de nombreuses décorations, les dessins sont quasi parfaits. Un défaut cependant, les motifs sont très difficiles d’accès car serrés sur la planche comme des sardines dans leur boîte… Attention au coup de ciseau déplacé…
    • Commentaires Blogger
    • Commentaires Facebook

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Item Reviewed: Comparatif Chance-Vought F4U-1/1D au 1/72 : Le montage des boîtes Rating: 5 Reviewed By: Hervé Brun
    Scroll to Top