Si vous voulez faire un B-24D Liberator au 1/48… et bien le voici. c’est le seul !!!

Revell 03831 B-24D Liberator


Revell 03831 B-24D Liberator. L’héritage d’un passé glorieux.



Un peu d’histoire


Le B-24 Liberator, fabriqué par Consolidated et par Ford sous licence, n’est autre que le plus produits de tous les avions américains, toutes époques confondues. Avec près de 18 400 machines construites, il eut un rôle primordial pendant le second conflit mondial sous les cocardes de plusieurs pays. Si on considère les avions capturés ou internés qui ont repris du service dans leur nouveau pays, on arrive à peu près à une vingtaine de nations utilisatrices. Pour la petite histoire, selon les archives US deux B-24D Liberator ont été reversés à l’armée de l’Air en avril 1944, à Dakar et en AFN. Une histoire qu’il reste à conter… 

Le B-24D a été la première version du Liberator à être produit en très grand nombre, et il est connu pour avoir participé aux campagnes africaine et italienne. Ce fut l’avion de mémorables raids sur Ploesti, le raffineries pétrolières allemandes installées en Roumanie. Ces raids qui causèrent bien des tracas aux Allemands mais au prix de pertes considérables du côté américain. Il faut dire que si le B-24 était plus performant que le B-17, il était aussi moins résistant en raison d’une conception plus légère et de son aile haute. 


Une maquette de légende


Côté maquettes au 1/48, un seul fabricant de kits en plastique injecté s’est intéressé à cet avion à cette échelle. Il faut remonter à 1976 pour trouver ce moule, chez les Américains, dans la production de la célèbre marque Monogram. C’était une époque où Monogram était quasiment leader du marché et proposait une gamme importante de machines au 1/48. Leurs kits étaient réputés car ils proposaient un niveau de détail qu’ils étaient les seuls à atteindre et la qualité d’assemblage restait excellente tout en étant assez simple. C’était aussi une époque où la gravure en creux avait disparu des surfaces extérieures par effet de mode pour les gravures en léger relief. En 1976 était donc sorti le B-24J (une version tardive) et les moules ont été utilisés pour produire de nouvelles grappes permettant de faire le B-24D sept ans plus tard. 


Des dimensions respectables


À la fin des années 70, l’industrialisation des kits plastiques ne bénéficiaient pas de toute la technologie actuelle et il était très cher et assez complexe de produire de grandes maquettes. Monogram pouvait s’enorgueillir de proposer aux maquettistes les plus grands kits d’avions jamais produits (B-29 au 1/48, B-36 au 1/72…) et n’avait aucune concurrence dans ce domaine du gigantisme. Force est de reconnaître que ce n’est pas simple et que les fuselages ou ailes vrillées ne sont pas rares sur les grands kits en injecté. Ceci explique peut-être le fait que personne d’autre n’a eu l’idée de refaire des B-24 à cette échelle au goût du jour. Mais cela arrivera très probablement, quand on voit qu’un fabricant chinois le propose maintenant au 1/32 ! 


Bien qu’ancien, un kit de qualité


Comme indiqué précédemment, les surfaces sont en relief. Mais elles n’en sont pas moins détaillées pour autant. Par exemple les blindages et renforts sont représentés par des sur-épaisseurs réalistes. La vue du nez du « Flak Alley » permet de juger que la gravure en creux n’est pas absolument indispensable sur cette machine. 

Au niveau des détails internes, il y a déjà une bonne base de détails en câblages et autres boîtiers. Tout cela peut bien sûr être améliorer pour qui le souhaite, mais il y a de quoi se faire plaisir avec un montage direct de boîte. Et cela sans être un expert, puisque les pièces joignent plutôt pas mal. Le moule semble avoir été nettoyé avant cette réédition, car les pièces sont exemptes de bavures et bien nettes. La soute à bombes peut être représentée ouverte. 

Cette boîte contient un tracteur chenillé et des personnages . Très honnêtement, je n’ai pas été emballé par ce tracteur avec le train de roulement moulé en une seule pièce. Les pièces transparentes sont emballées séparément, ce qui est bien en les protégeant des rayures, et elles sont bien transparentes. Pour autant, leur épaisseur par endroit fait un peu effet loupe. 


Deux décorations d’avions connus


La planche de décalques est très belle et précise. Elle fournit deux décorations de machines connues pour lesquelles ont trouve assez facilement des photos dans les livres ou sur Internet. 

  • Le B-24D-25-CO sn 41-24225 "Flak Alley" tel qu’il était en 1943, avec ses cocardes cerclées de rouge en octobre 1943, à Shipdham en Angleterre. L’avion appartient au 68th BS/44th BG. Cet avion fut perdu au combat au-dessus de l’Allemagne 4 mois plus tard. 
  • B-24D-20-CO sn 41-11761 "The Squaw", 9th AF, 343 BS/98th BG. Cet avion survécut au massacre au-dessus de Ploesti et fut envoyé aux USA pour mener une campagne de financement de la guerre par la collecte de War Bonds. Il est vu ici tel qu’il figurait à Brindisi, durant l’hiver 1943. 

B-24D-25-CO sn 41-24225 "Flak Alley"
© Photo USAF

Et le prix, dans tout ça ?


Cette boîte est la dernière édition du seul moule de cette machine. Son prix nous semble un peu élevé, avoisinant les 100 euros si acheté chez le fabricant par correspondance, mais force est de reconnaître que le prix des maquettes plastique a beaucoup augmenté en 2022. Nous avons regardé son prix en occasion, en version Pro-Modeller Monogram, et c’est encore plus cher ! 

RVB

Merci à Revell pour l’échantillon fourni

Echelle 1/48 
Longueur : 443mm 
Envergure : 696 mm 
197 pièces 
Moulé en plastique gris-vert clair, en relief 
2 décorations

Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator
Revell 03831 B-24D Liberator

Revell 03831 B-24D LiberatorRevell 03831 B-24D Liberator





Enregistrer un commentaire

Copyright © Cocardes.